Traitement des plaintes des usagers et opérateurs

Le Conseil offre à chaque citoyen l’opportunité de le saisir sur les contenus audiovisuels en cas d’éventuel manquement aux dispositions législatives et réglementaires réagissant les médias audiovisuels. L’instance de régulation peut également se saisir de toute question relevant  de  sa  compétence  et  en  délibérer. En 2014, le Conseil a reçu un certain nombre de plaintes portant  sur les programmes audiovi­suels. La particularité cette année réside dans les différents profils des usagers qui ont saisi le CNRA. Il s’agit entre autres d’autorités étatiques, d’avocats, de représentants de la société civile, de représentants du mouvement syndical, de parlementaires.

Les motifs invoqués par les téléspectateurs portent essentiellement sur :

­ la diffusion de scènes en porte ­à­ faux avec les  valeurs  morales  et  religieuses  de  la société sénégalaise ;
la  représentation  d’enfants  en  situations inappropriées telles que la consommation d’alcool ;
­ les atteintes à la pudeur, l’exposition de nu­dités corporelles ;
­ le traitement grossier et/ou violent des acti­vités de lutte ;
­ les émissions et propos grossiers ou insolents ;
­ les pratiques de désinformation ;
­ le   traitement   déséquilibré  des affaires judiciaires dans une logique accusatoire ;
­ la  question  de  la  protection des droits télévisés des manifestations sportives ;
­ les fautes dans la transcription du wolof ;
­ les  contenus  de  peu  d’utilité  pour  les téléspectateurs ;
­ la  publicité  pour  le  tabac  ou  les  jeux d’argent ;
­ la question de la médecine traditionnelle.

Le CNRA accorde un traitement particulier à chacune de ces interpellations. Après enquête, consultation des services juridiques et délibération, le CNRA rend sa décision. Le CNRA prend contact avec la partie incriminée, lui signifie par courrier le grief formulé à son encontre et lui rappelle la disposition légale ou réglementaire qui s’applique et à laquelle elle doit se conformer, sous risque d’application de la sanction prévue.

Partager cet article