Radio et télévision – Faits et chiffres

Forte pénétration des images dans les foyers

Sondage général  réalisé en 2013

Depuis une trentaine d’années, le paysage médiatique sénégalais connaît une multiplication des supports de communication et d’information. L’offre est plurielle et propose aux consommateurs la possibilité de changer de support à tout moment.

L’accomplissement de la mission du CNRA passe donc par une connaissance pointue de l’auditoire et de l’audience de ces canaux de communication.

C’est dans ce contexte que l’institut de sondages BDA a réalisé pour le CNRA une enquête quantitative nationale visant à mesurer l’audience des moyens de communication modernes et traditionnels. Il en ressort des enseignements, des évidences nouvelles et des confirmations ou infirmations scientifiques de connaissances jusqu’ici empiriques.

Radio et télé en tête dans les habitudes des Sénégalais

L’étude révèle que la radio et la télévision arrivent en tête des habitudes de fréquentation média au Sénégal, avec chacune un taux de pénétration de 75%.

Elles sont suivies en cela de la presse écrite et d’Internet qui ont des taux de pénétration respectifs de 54% et 30%.

La télévision
Elle a véritablement pénétré la plupart des foyers au Sénégal. En 2011, 8 ménages sur 10 étaient équipés d’un téléviseur, selon l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie.

L’étude réalisée, sur les chaînes de télévision non cryptées émettant au Sénégal, a mis en exergue les positions respectives des quinze chaînes de télévision qui, pour la plupart, ont commencé à concurrencer la RTS1 depuis 2002. Quatorze d’entre elles sont d’origine sénégalaise, la quinzième AFRICABLE, basée au Mali, vient compléter le tableau.

Il convient de souligner que, parmi elles, seules RTS1, TFM, 2STV et WALF TV couvrent l’ensemble des 14 régions. On retient, en gros, que le taux de pénétration global de la télévision au Sénégal est de 75% chez les personnes de plus de 18 ans. Cette moyenne nationale est tirée vers le bas par le taux d’audience en milieu rural. En effet, ce dernier est de 60%, contre 97% en milieu urbain. Par ailleurs, selon les analyses sociodémographiques, il ressort que les jeunes (18-34 ans), les personnes instruites, les fonctionnaires, les élèves, étudiants et les cadres sont les plus enclins à regarder la télévision. En outre, les heures de grande audience de la télévision au niveau national sont les tranches 13H-15H et 19H-23H, quel que soit le jour de la semaine.
Ce constat est le même indépendamment de la région, du milieu de résidence, du sexe, du groupe d’âge, du niveau d’instruction et de la catégorie socioprofessionnelle.

L’audience de la télévision

• Dans trois régions du pays (Dakar, Thiès et Diourbel), il apparaît que la télévision de service public est très regardée pour le journal télévisé qu’elle diffuse dans la tranche 20H-21H. En ce qui concerne certaines télévisions privées les plus regardées, elles sont très suivies sur l’ensemble des autres tranches horaires de la journée et de la soirée, spécialement pour les émissions à caractère socio-politico-culturel.

• Les télévisions privées occupent des places différenciées dans les régions.

• Certaines se spécialisent déjà sur le créneau des films et, ceci, dans toutes les régions.

La radio

• Pour ce qui est de la radio, on constate que 73 chaînes, tous types de supports confondus, ont été citées comme étant écoutées par au moins un Sénégalais sur l’ensemble du territoire et dans leurs localités respectives. Seules 3 d’entre elles couvrent l’ensemble du territoire, dont deux chaînes de service public.

• On note que 8 chaînes publiques et privées sont présentes sur un territoire commun constitué des régions de Dakar, Diourbel, Kaolack, Kaffrine, Matam, Saint-Louis et Thiès. Enfin, 57 chaînes communautaires ou locales ont été citées par les sondés.

• La radio est écoutée par près des trois-quarts des Sénégalais. Ce taux est légèrement plus élevé en zone urbaine qu’en zone rurale. En outre, toutes les régions ont des taux de pénétration de la radio supérieurs à 60%, excepté Sédhiou (35%) et Saint-Louis (58%).

• L’analyse de l’audience horaire de la radio montre que, d’une manière générale, la radio est plus écoutée dans la matinée, de 07h à 14h, et moins écoutée à partir de 14h, une tendance due à la concurrence de la télévision qui a une audience plus élevée à partir de 19h00.

• On observe, toutefois, une légère variation selon les régions, en particulier à Diourbel, Kolda, Matam. A Diourbel, plus singulièrement, on note deux périodes de grande écoute : 07h à 14h et 20h et 23h.

L’Internet

Globalement, l’accès à Internet au Sénégal reste faible. En effet, seuls 3 individus sur 10 fréquentent Internet sur le plan national. Cette moyenne cache des disparités, puisque ce taux est de 37% en zone urbaine et de 24% en zone rurale.

Les internautes sénégalais sont généralement instruits, ils habitent les centres urbains. Ils sont relativement jeunes et exercent des activités intellectuelles. L’analyse selon le genre permet de relever que ce sont les hommes qui accèdent le plus à l’internet.

Partager cet article